Approches thérapeutiques

L’analyse psycho-organique (APO)

Située à la croisée de la psychanalyse et des thérapies psychocorporelles, l’analyse psycho-organique est une méthode humaniste qui aide la personne à réconcilier son corps, son cœur et son esprit pour retrouver un fonctionnement sain, autonome et cohérent. Elle peut notamment aider à surmonter la dépression, à résoudre des traumatismes, à apaiser les angoisses ou à mieux réguler le stress.

Créée par Paul Boyesen à la fin des années 70, l’APO se fonde sur les travaux de Gerda Boyesen, Wilhelm Reich, Sigmund Freud, Carl Gustav Jung. Elle repose sur le postulat que l’être humain a tendance à se développer de façon positive lorsqu’il se sent respecté et en sécurité.

© Romio Shresta

Cette méthode mise aussi sur la capacité de la personne à comprendre ses difficultés, à trouver ses propres solutions et à apporter les changements appropriés pour s’adapter, dans les limites de ce qui est juste pour elle.

Dans ce cadre, la relation thérapeutique vise notamment à faciliter l’exploration de soi au travers d’un processus expérientiel où le vécu, le senti et l’émotion tiennent une grande place.

Regardant au-delà des apparences, l’APO invite à l’exploration d’espaces symboliques tels que les rêves, l’imaginaire ou les états sentimentaux ou amoureux, en lien avec la phénoménologie des perceptions et des expériences vécues. Cet échange vivant, existentiel, émotionnel, énergétique, nous aide à apprendre sur nous-même, les autres et le monde.

L’intégration du cycle de la vie (ICV)

L’intégration du cycle de la vie est une méthode de résolution des psychotraumatismes et de réparation du système d’attachement qui facilite un soulagement souvent rapide. Basée notamment sur la théorie de l’attachement développée par John Bowlby et les avancées des neurosciences affectives (étude des émotions, des sentiments, des capacités relationnelles, etc.), elle aide à gagner en confiance en soi et dans les autres, en stabilité émotionnelle et en assertivité.

La psychogénéalogie

Les découvertes récentes  en biologie et en génétique montrent que les traumatismes, les deuils non faits, les vécus conflictuels et les secrets peuvent se répercuter d’une génération à l’autre en influençant la vie des descendants. L’analyse transgénérationnelle vise donc, à partir l’étude de l’arbre généalogique de la personne qui consulte, à identifier et à dissoudre ces structures émotionnelles parasites.